2016

Au début de 2016, le DAX était dans une tendance à la baisse continue, qui s’est manifestée par des semaines de baisse des prix et a presque complètement perdu le bénéfice de l’année précédente 2015. Les raisons invoquées étaient la chute du prix du pétrole et la prise de bénéfices qui en a résulté pour les fonds souverains arabes et norvégiens, qui ont ainsi pu compenser la baisse des recettes provenant du commerce du pétrole.

La bulle spéculative chinoise, qui a atteint son apogée à l’époque et a également eu un impact (négatif) significatif sur les indices européens, a été interprétée comme une cause supplémentaire des pertes de prix massives et d’une chute du DAX en dessous de 10 000 points. La tendance à la baisse s’est poursuivie et le DAX est passé sous la barre des 9 000 points. La hausse de l’euro et la poursuite de la chute des prix du pétrole ont provoqué une fuite des investisseurs, ce qui a envoyé des signaux de vente massifs au marché boursier.

Après une reprise provisoire et le franchissement de la barre des 10 000 points, le vote des Britanniques sur le Brexit a donné au DAX un revers amer et capital. L’indice de référence a perdu près de sept pour cent en un seul jour de bourse après que le résultat du vote ait été connu.

Au milieu de l’année, cependant, le DAX avait augmenté, atteignant un sommet annuel de 10 700 points en août. Cette reprise a été alimentée par une baisse des taux d’intérêt directeurs de la Banque d’Angleterre et d’autres programmes d’achat d’obligations.

L’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis à la fin de l’année a temporairement provoqué un nouveau revers. Toutefois, le DAX s’est redressé relativement rapidement et a bénéficié des spéculations concernant l’augmentation des dépenses du gouvernement américain à l’avenir et d’une éventuelle réduction prévue de l’impôt des sociétés, ce qui aurait un impact positif sur le marché boursier.

Fin 2016, l’indice de référence de fortes hausses de prix et griffé la barre des 11 000 points. La robustesse de l’économie, les bonnes nouvelles économiques et les faibles taux d’intérêt ont assuré une croissance économique constante et donc une augmentation de la consommation des ménages privés ainsi qu’une hausse des bénéfices des entreprises.
2017

La performance élevée de l’indice boursier allemand s’est poursuivie début 2017. L’augmentation des bénéfices des 30 sociétés cotées en bourse (40 milliards d’euros au deuxième trimestre seulement) et la poursuite d’une politique monétaire extrêmement laxiste et d’un niveau de taux d’intérêt très bas ont fait affluer beaucoup d’argent sur les marchés boursiers et la plupart des prix ont augmenté.

Sous l’impulsion des résultats de l’élection présidentielle française, le DAX a atteint son plus haut niveau depuis son introduction en 1988 à la fin avril 2017. 12.398 points ont dépassé de huit points le niveau d’avril 2015. Le résultat de l’élection en France a déclenché un véritable marathon d’achat d’actions européennes et l’euro a également atteint sa valeur la plus élevée depuis le début de l’année.

Début juin 2017, le DAX a atteint un record intermédiaire de 12 850 points suite à l’annonce du retrait des Etats-Unis de l’Accord de Paris sur le climat. Cela s’est traduit par un mouvement haussier dans la fourchette de 12 500 à 12 700 points depuis le milieu de l’année.

A la mi-août 2017, la crise diplomatique du différend nucléaire entre les Etats-Unis et la Corée du Nord a pesé sur l’indice, qui est temporairement tombé en dessous de 12.000 points. Toutefois, la bonne humeur de l’économie allemande, les données positives sur le marché du travail, les rendements record des entreprises et la politique monétaire laxiste de la BCE ont rapidement calmé les marchés et conduit à une évolution positive.

Début octobre 2017, le DAX a alors atteint un nouveau plus haut pour sa durée sous la forme de 12 975 points. Cela signifiait que le niveau le plus élevé de son 30 ans d’existence. Depuis le début de l’année, l’indice de référence a enregistré une hausse d’environ 13 % et, depuis mars 2009, la valeur du DAX a presque triplé.